Dans Non classifié(e)

Carole Malcolm aime travailler là où chaque étape n’est pas planifiée et contrôlée. D’influence romantique, son travail s’apparente davantage au réalisme, recréant des impressions, des atmosphères propres aux paysages de son enfance où la nature règne en maître. Son travail actuel est le fruit d’un intérêt constant pour le paysage naturel.

Nous avons posé 5 questions à Carole Malcolm pour apprendre à la connaître davantage, voici ce qu’elle nous a répondu !

Quel artiste à la plus influencé ta pratique artistique ?

Je dirais que cette artiste est Georgia O’Keeffe.  Son travail est étonnant et elle m’a influencé dès le début de ma carrière artistique.  C’est une véritable pionnière pour les femmes artistes et son attitude indépendante m’inspire également.  J’ai sa photo et certains de ses propos affichés dans mon studio pour me la rappeler.

Pourquoi et à quel moment as-tu décidé de devenir un artiste professionnel ?

Le « quand » est facile….depuis mon enfance, je dessinais et peignais dans ma chambre pour m’évader (c’était bien avant les ordinateurs haha).  Le pourquoi est plus difficile à répondre mais je sais que la peinture m’a toujours apporté du réconfort. J’ai remarqué que je m’améliorais avec la pratique en faisant beaucoup d’erreurs dès mon plus jeune âge.  L’art était quelque chose que je pouvais faire avec très peu de fournitures et peu d’argent, surtout quand mes enfants étaient jeunes et que j’étais dans l’armée.

Lorsque je travaillais encore avec les militaires, j’ai commencé à exposer dans une galerie à Ottawa et après ma première vente, j’ai commencé à travailler pour développer une carrière artistique, c’était il y a plus de 20 ans.

Depuis lors, j’ai suivi des cours sur la façon d’avoir un site web, j’ai appris à encadrer, à expédier, à faire du petit commerce, tout en continuant à peindre. J’apprends avec chaque tableau et je sais que je vais produire de l’art pour longtemps encore.

Que souhaites-tu que les gens retiennent de tes œuvres et de ton travail en tant qu’artiste en général ?

J’aimerais que les gens voient l’amour et l’hommage à Mère Nature que j’essaie de présenter avec chaque vague, arbre ou fleur dans mes tableaux.  J’ai grandi dans une petite ville et j’ai passé beaucoup de temps à la plage ou dans la forêt, je m’y sens toujours plus à l’aise que dans n’importe quelle ville.

As-tu un rituel particulier de création ?

J’aime me lever tôt le matin, me faire un café et commencer à peindre pendant que tout est calme.

Je peins en grandes séries, comme par exemple une série de paysages marins de différentes tailles.  Je prépare mes toiles en appliquant à la truelle une pâte  avant de peindre.  J’ai un tas de pots en plastique de mes propres couleurs pré-mélangées.  J’en fais suffisamment pour toutes les toiles afin que les séries aient une palette très similaire.  J’aime utiliser de l’acrylique liquide, ce qui me permet de les employer pour obtenir un effet d’aquarelle ou avec un couteau à palette pour plus de texture.

Je commence par peindre le fond sur toutes les toiles (il peut y en avoir jusqu’à 20 de tailles différentes). Ensuite, une fois que c’est sec, je me déplace sur le milieu et l’avant-plan en utilisant un couteau à palette et de gros pinceaux.  J’aime bien jeter de la peinture humide, le sol de mon atelier ressemble à une peinture de Jackson Pollock !

Mis à part la peinture, quel est ton passe-temps favoris ?

Mon passe-temps favori serait d’élever des bébés animaux pour un zoo local.  Mon mari et moi avons élevé un renard, deux singes ouistitis, un lémurien, un lynx et nous élevons actuellement un bébé kangourou nommé Riley.

Pour découvrir les œuvres de Carole Malcolm disponibles à la Galerie Bloom cliquez ici !

Recent Posts
0